Le sac ABS ou sac "Airbag" : un plus pour la sécurité du skieur hors-piste

Les limites de l'ARVA

Malgré la généralisation du port de l'ARVA, force est de constater que le taux de mortalité des accidents d'avalanche est encore très élevé. En effet, un critère est particulièrement déterminant pour la survie du skieur : l'ensevelissement. Le skieur enseveli qui ne peut pas être localisé rapidement par les secours a des chances de survie très faibles : elles chutent dramatiquement après 15 mn. Ce temps est bien entendu insuffisant pour attendre les secours, et il faut compter sur les skieurs éventuellement sur place, qui sont confrontés à de nombreuses difficultés (manque de pratique du maniement de l'ARVA, stress, difficultés de déplacement pour les skieurs en aval, etc...). Une étude du centre de recherche sur la neige de Davos, montre que les chances de survie d'un skieur enseveli sont d'environ 50% alors que les celles d'un skieur non enseveli, ou partiellement enseveli sont supérieures à 97%.

Or, parmi les dispositifs de sécurité existants, le sac ABS ou sac "Airbag" est le seul à limiter les risques d'ensevelissement et devrait donc fortement contribuer à l'amélioration du ratio de survie. De fait, le potentiel théorique du produit semble confirmé par les premiers résultats, qui bien qu'ayant une valeur statistique limitée, sont très encourageants.

Le principe du sac ABS ou sac "Airbag" : la ségrégation inverse

Le sac ABS exploite une caractéristique des matériaux granulaires: la ségrégation inverse. Ce terme barbare définit un phénomène simple : lors de l'écoulement d'un matériau granulaire (éboulement, avalanche, etc...), les grains les plus gros montent à la surface tandis que les petits se concentrent au fond. Le sac ABS, une fois l'airbag gonflé, permet de maximiser le volume du skieur et donc de minimiser le risque d'ensevelissement.

Les sacs ABS exploitent le phénomène de SEGREGATION INVERSE

Les particules les plus grosses tendent à remonter à la surface.

Fonctionnement des sacs ABS : le rôle de l'airbag

Une poignée située sur la bretelle du sac actionne une cartouche à blanc de 9mm dont les gaz d'expansion vont, par l'intermédiaire d'un tuyau, venir actionner le percuteur logé dans le sac. Celui-ci perce l'opercule fermant la cartouche et libère ainsi le gaz gonflant les ballons "airbag".

La poignée est protégée par une patte et un velcro destinés à empêcher le gonflement accidentel de l'airbag.


Les phases de déclenchement de l'airbag du sac ABS

Une conception technique pointue

On pourrait croire que le sac ABS est tout simplement la synthèse d'un airbag de voiture et d'un sac de montagne. Ce n'est pas le cas, et le coût du sac ABS, qui peut sembler au premier abord élevé, s'explique aisément dès que l'on aborde sa conception technique.

Par exemple :

Les écarts d'altitude d'utilisation du sac, et donc de pression, impliquent des contraintes techniques fortes, qui entraînent la mise en place d'une valve permettant de réguler la pression des ballons "airbag". Le sac en lui-même a été conçu pour résister aux efforts mécaniques extrêmes auxquels il peut être soumis lors d'une avalanche.

La cartouche de 9mm est enduite de cire spéciale pour la protéger contre l'humidité.

La cartouche de gaz a été spécifiquement conçue et usinée, et permet d'endurer des différentiels de pression très élevés en raison de la forte pression interne et de l'altitude (utilisation en montagne ou voyage en soute).

Efficacité des sacs ABS

Si on manque aujourd'hui de recul et d'une étude statistique extensive, les premières constatations sont très encourageantes. L'étude réalisée par le centre de recherche de Davos montre que sur le nombre de skieurs portant un sac ABS, ayant été pris dans une avalanche et ayant gonflé les ballons airbag, le taux de survie est très élevé (76 rescapés sur 77 skieurs).

Il faut noter que ces statistiques, déjà très bonnes, sont très probablement biaisées par le fait qu'un certain nombre d'accidents n'ayant pas entraîné le déclenchement des secours n'ont pas été déclarés. Le taux de survie est donc certainement supérieur à celui qui est annoncé.

Cependant, s'il semble que le sac ABS améliore sensiblement la sécurité du skieur, ce n'est en aucun cas une garantie de survie ou même de non ensevelissement. Dans l'étude mentionnée plus haut, 5 skieurs ont été complètement ensevelis (dont 4 à une faible profondeur avec les ballons partiellement visibles, permettant un secours rapide et leur survie). Le skieur décédé a été enseveli à une profondeur de 170 cm.

En effet, il semblerait que l'efficacité des sacs ABS soit diminuée ou nulle dans les cas suivants :

1. Non déchaussage (emprise de la neige sur les skis),

2. Terrain plat ou formant une dépression où la neige s'accumule, ensevelissant ainsi le skieur immobile (il n'y a plus d'écoulement et l'effet de ségrégation inverse ne fonctionne donc pas).

Les inconvénients des sacs ABS

Les sacs ABS demandent une forte rigueur d'utilisation. Une mauvaise utilisation peut se révéler dangereuse pour le skieur et/ou autrui. Par exemple, le déclenchement intempestif de l'airbag sur un télésiège peut avoir des conséquences graves. Il est conseillé de lire très attentivement la notice d'utilisation fournie avec le sac.

Le poids est aussi un inconvénient puisqu'il faut rajouter environ 1,5 à 2 kg par rapport à un sac de volume équivalent.

Les sacs ABS sont spécifiquement mentionnés sur les documents de l'IATA concernant les conditions d'emport de produits potentiellement dangereux. Leur transport en soute ou en cabine est autorisé, sous réserve de permission de la compagnie aérienne. Cependant, l'obtention de cette dernière demande un certain délai et n'est pas, semble-t-il, toujours facile à obtenir.

Les sociétés d'héliski acceptent généralement l'utilisation du sac ABS, mais les conditions de stockage dans l'hélicoptère sont souvent très strictes.

Notre avis : un plus significatif pour la sécurité du skieur hors-piste

Le sac ABS ne garantit en aucune manière la survie en cas d'avalanche et ne peut pas remplacer les mesures de sécurité élémentaires :
Prise en compte de la météo et du niveau de risque,
Sélection de l'itinéraire,
Passage 1 par 1 dans les endroits à risque,
Emport de pelle-sonde-arva
Emport téléphone portable,
etc...

Le skieur qui souhaiterait passer outre les règles élémentaires de prévention des risques d'avalanche, en faisant confiance à son sac ABS se trouverait dans une situation à risque très élevé.

Néanmoins le sac ABS complète très efficacement ces mesures. Dans ce cadre d'utilisation, il améliore notablement la sécurité du skieur. Les contraintes (prix, poids, transport aérien, rigueur d'utilisation) sont finalement légères au regard du gain apporté en terme de chances de survie.

Il faut noter qu'un nombre croissant de professionnels de la montagne (guides, services des pistes, services de secours) utilisent les sacs abs, ce qui tend bien sûr à renforcer la crédibilité de ce dispositif unique en son genre.

Liens

Le site du distributeur français : http://www.absairbag.com