Premières traces, mode d'emploi

Enfants et premières traces: comment les faire skier pour la toute première fois?
Pour la première fois vous allez goûter à la glisse hivernale avec vos enfants...hum hum, une petite appréhension vous étreint : comment leur faire adorer la neige et la glisse ? Rien de plus simple car dans toutes les stations les bambins sont rois ! Démonstration :

Avant de partir :

Un petit tour à la bibliothèque, sur internet ou dans la librairie de votre quartier. Vous y puiserez des idées de livres, bandes dessinées, d'albums afin de vous immerger dans l'univers envoûtant de la neige et du ski. Les histoires avant d'aller dormir tournent autour d'un loup au doux nom de Croktou qui fait du ski pour la première fois ou encore les aventures de la famille Cochon aux sports d'hiver. Vous familiariserez, l'air de rien, votre apprenti skieur au vocabulaire de la montagne et du ski. Equipé des mots, il sera d'emblée plus confiant ! A consommer sans modération !
Promenez vous aussi sur internet, du coté de la station de votre choix. Ils se feront un plaisir de vous envoyer brochures et dépliants, de quoi avoir envie d'y être tout de suite. A consulter en famille : vous y êtes déjà !

La panoplie du petit skieur : tout ski faut savoir !

Casque et masque, le duo de choc !
Skiez casqué, voici les mots clés! Nos enfants n'ont qu'une tête et c'est déjà assez dur de faire entrer des règles de grammaire à l'intérieur, alors autant la protéger! Et vous, parents skieurs? Oui vous, car le principe de « faites ce que je dis et pas ce que je fais » ne laisse pas les enfants dupes. Le « skiez casqué » s'applique à tout âge. Les matériaux utilisés rendent le casque presque aussi léger qu'une casquette et le look « tête d'ampoule » est bel et bien terminé. Ventilés, légers, avec des mousses hypo allergéniques, ils se portent sans contrainte, qu'il neige, vente et même par grand beau temps. Pour motiver les micros riders, les fabricants ont imaginé le casque vendu avec des autocollants aux consonances manga, vos petits sportifs pourront laisser libre cours à leur imagination délirante.

La taille du casque doit être parfaitement adaptée, le (mauvais) plan de la cagoule sous le casque pour rattraper une taille est à proscrire absolument... sous peine de retrouver votre mini skieur transpirant comme un sumo! Le masque, c'est le poisson-pilote du casque : jamais l'un sans l'autre. Là aussi, les matériaux modernes permettent un confort accru : évacuation de la buée, de la transpiration, traitement anti-rayures et une protection solaire haut de gamme. N'oublions pas que l'oeil de l'enfant est beaucoup plus sensible aux rayons que le notre. Protégeons-les afin qu'ils voient le mieux possible nos belles montagnes. La catégorie 4 est donc indispensable, pour les masques ou pour les lunettes.

Des vêtements pour être au chaud dedans
« La neige, c'est froid et ça mouille... » De ce constat on ne peut plus vrai sorti de la bouche des enfants, les fabricants de matériel ont concocté une panoplie du petit skieur à toute épreuve. Le concept reste le même chez l'adulte et l'enfant : c'est le système « 3 couches » ou la meilleur façon de s'habiller pour être tout simplement bien, qu'il neige, vente ou fasse soleil.
Première couche, les sous vêtements techniques, permettent d'être au chaud et de sécher rapidement quand après une mémorable bataille de boules de neige, le froid s'insinue en vous comme une marmotte dans son terrier. Doux et agréables à porter, ils sont indispensables pour les premières traces. Pour la deuxième couche, exit le pull tricoté main – tricoté cœur, et vive les polaires qui assurent l'évacuation de la transpiration et gardent au chaud quel que soit la température. Quant au numéro 3, son objectif va être de laisser la neige à l'extérieur...alors veste et pantalon de ski ou combinaison ? Pour les plus petits, la combinaison a déjà fait ses preuves : pas de soucis de bretelles et une seule chose à enfiler le matin, ce n'est pas du luxe ! Pour les plus grands, ça dépendra de leurs envies. Cette année la tendance est à la couleur et aux matières high tech, avec par exemple une jupe pare neige qui fermera les portes aux flocons insidieux...

Des chaussettes et des gants pour ...encore être au chaud dedans
Petits pieds, petites chaussettes ? Que nenni, pas de tricotage autour de la chaussette, il faut de vraies bonnes chaussettes techniques, sous peine, au mieux, d'horribles sensations de pieds gelés, et au pire, de gelures.
« Dis, papa, combien j'ai de doigts ? » une bonne dizaine, donc à protéger du froid et de l'humidité, pas une mince affaire tout ça. La solution des moufles reste la plus efficace, la plus pratique, puisqu'on enfile toute la série de doigts à la fois et qu'on peut les bouger entre eux pour les réchauffer. En cas de grand froid, vous pouvez rajouter des sous gants en soie, c'est la solution magique.

Les voilà équipés, nos bambins glisseurs. Au sec, au chaud et en sécurité, ils se sentiront à l'aise pour s'éclater dans le grand blanc et vous vous partirez skier l'esprit tranquille. Un équipement adapté c'est tout simplement moins de fatigue et plus de plaisirs !
Les magasins de sports en station n'ont rien à envier à la « caverne d'Alibaba et les 40 petits skieurs », de 0 (ou presque !) à 102 ans. Impossible de ne pas trouver son bonheur !

Le club des cinq ou l'astuce de la check list, pour ne rien oublier

Vous avez la main sur la poignée de la porte pour entamer joyeusement une journée de ski ? Attention c'est la minute du club des cinq. Vous posez cinq questions et toute votre troupe doit répondre en cœur « OK » sous peine d'expulsion du club. Action !
1. Gants ? OK
2. Casque et masque ? OK
3. Forfait ? OK
4. Crème solaire et goûter dans la poche? OK
5. Skis et bâtons ? OK (et oui, ça arrive !)

Conseils et sécurité :

Pour la frimousse « Pas besoin de crème, maman, y'a pas de soleil aujourd'hui! » mais qu'il fasse beau ou pas, obligation de tartiner de crème solaire les jolies joues douces de vos enfants. La crème agit contre les rayons UV mais aussi contre le froid qui pique la peau. Alors pas de pitié pour les indices, prenez le plus fort et re-tartinez à volonté dans la journée.
L'appel du ventre Les vêtements de ski sont plein de poches pour glisser le goûter de la pause casse croûte. Qu'ils soient en cours ou avec vous, vos diablotins ont besoin de récupérer l'énergie dépensée à glisser, se casser la figure, se relever et jouer. Tout ça dans le froid et la neige, ce qui n'arrange rien aux déperditions d'énergie. Alors commencez la journée par un petit déj' digne de Pantagruel, et glissez dans la poche une barre de céréales. Evitez les biscuits qui se cassent, le chocolat qui fond, les brioches qui s'écrasent... Ajouter une petite bouteille d'eau (boire est aussi important que manger) et les voilà parés aux petits coups de barre. A table, ne lésinez pas sur les apports de glucides à travers le pain, les pâtes et le riz, ainsi que les apports de vitamines avec les fruits et légumes frais.
Quant aux jambes Plus votre enfant est préparé à affronter les rigueurs du climat montagnard, plus son apprentissage du ski sera un succès. Avant de partir, multipliez les sorties au grand air et favorisez des activités sportives en famille. Sorties à vélo, balades en forêt, piscine, rien ne lui sera épargné pour faire un plein de santé !

La glisse, à partir de quel âge ? Y'a pas d'âge pour en manger !

Pour les moins de trois ans, on parlera plus de découverte de la neige et la glisse que d'un véritable apprentissage du ski. Néanmoins chaque enfant est différent, le votre sera peut être un dingue de ski dès ses deux ans. Reste que les premières tailles de chaussures de ski sont en 24 et en dessous, il faudra initier bébé sur des patinettes. Mais tout est bon pour goûter aux glissades à skis, à luges ou à patinettes. Les garderies ski accueillent les enfants de 3 mois à trois ans. A partir de trois ans, l'enfant peut se lancer dans l'aventure du ski. Les jardins d'enfants sont les lieux privilégiés pour commencer : tout est pensé pour que l'enfant apprenne en jouant, tout en douceur avec des moments de repos, la pause goûter et de quoi se réhydrater.

Le mettre dans un cours de ski ou l'initier vous-même? Tout dépend de l'enfant, mais généralement nos lutins sont moins capricieux avec un moniteur qu'avec les parents, l'apprentissage sera plus ludique et plus rapide avec des copains. Essayez, les résultats sont surprenants.
A partir de cinq ans, tout va aller très vite. A cet âge ils gèrent mieux leurs corps et leurs skis. Les progrès se font doucement mais sûrement tout au long de la semaine. «Rien ne sert de courir, il faut skier à point». Il leur faut juste comprendre le mécanisme de la glisse, du freinage puis du virage et c'est parti!
Pour les moins de 5 ans mieux vaut prendre des demi-journées. Pour les plus grands la journée complète est possible s'ils sont prêts à passer la journée sur les skis, à condition de prendre une longue pause de repos.

Les pièges à éviter pour un apprentissage réussi

Etre trop exigeant avec son enfant : pour lui le ski, la montagne sont des univers nouveaux, peut-être fatiguants. Négliger l'équipement : avoir trop froid ou trop chaud met un frein au plaisir de la glisse.
Des skis trop longs, trop vieux. : Le matériel enfant a énormément évolué. Sachez que l'apprentissage avec des skis récents est infiniment plus facile. Les enfants comme les adultes sont très sensibles à la qualité du matériel. Des chaussures trop petites ou trop grandes. Elles doivent impérativement être à la bonne taille sous peine d'ampoules et autres maux, autant d'obstacles à la progression et au plaisir. Les chaussures à l'envers : ne riez pas, c'est extrêmement fréquent !

A consulter, à lire:


Nous vous invitons à visiter notre rubrique dédiée aux cours de ski ainsi que notre guide des stations.

Photos: N.Cuche E. Beallet