Les enfants et le rêve d'étoiles

«Tu l'as eu toi, ta première étoile?»
Les passages des étoiles en fin de semaine font partie du rituel de l'apprentissage du ski. Le film «la première étoile» de 2009 et son succès incroyable avec presque 2 millions d'entrée au box office est un exemple de la popularité des étoiles de l'ESF.

Les Etoiles: une vieille histoire

Les premiers tests de niveau de ski ont vu le jour dès 1927, date à laquelle la première école voit le jour dans les Vosges puis à Megève. Ils préfigureront les tests ESF et les fameuses étoiles.

En 1936, l'école de ski des Vosges va créer le test du «Chamois de France» ancêtre de notre chamois d'or puisque c'était déjà un slalom spécial chronométré. Lorsque l'Ecole Nationale de Ski voit le jour en 1943, elle adopte tout de suite le «Chamois de France». Il deviendra une base d'évaluation reconnue par toutes les écoles en France établissant la correspondance de l'enseignement entre les écoles.

Le chamois de France a donné ensuite naissance à toute une batterie de test de performance comme les flèches et chamois mais aussi les fusées (test de descente).
Au fil des décennies, l'Ecole Nationale de Ski a créé des tests de capacité et non plus seulement de performance, et en avant les étoiles! Elles représentent la forme parfaite du flocon de neige, orné d'une ou plusieurs étoiles dorées.

Une référence nationale

Pour la petite histoire, les étoiles valaient pour les enfants et les adultes, un adulte offrait volontiers le champagne pour la réussite de sa troisième étoile! Dans les années 60, avec l'engouement pour les sports d'hiver, les enfants fréquentent assidûment les cours ESF. Les étoiles deviennent alors une exclusivité enfantine alors que les adultes passent des degrés (1, 2 et 3 ème degré).

Les étoiles attestent un niveau national, le contenu de chaque test étant le même partout en France. C'est une véritable référence de niveau du petit skieur. Ensuite, avec l'évolution du matériel, la présence d'enfants de plus en plus jeunes, la famille des étoiles s'est agrandie: les étoiles ont fait des petits: l'étoile d'or (2000), l'ourson (2006), et dernièrement le Piou Piou et l'Etoile de Bronze (2006).

Vers une évolution du système

Aujourd'hui quelques ESF ont décidé de changer d'ère, comme par exemple à l'Alpe d' Huez. Même si le passage d'étoile en fin de semaine reste la cerise sur le gâteau enneigé des cours de ski, l'ESF a souhaité une autre approche. Le passage des étoiles étant en effet parfois impressionnant pour les enfants et les acquis techniques demandés pouvant être parfois trop élevés pour un enfant en plein développement, l'ESF de l'Alpe d'Huez a créé la médaille de l'Alpe qui récompense tous les enfants.

Obtenir sa troisième étoile, par exemple, c'est attester que oui, votre enfant a les capacités de skier en Etoile de Bronze la prochaine fois, c'est-à-dire, plus vite, plus en altitude, sur des pistes plus difficiles. Sinon on obtient la médaille de l'Alpe d'Huez, qui atteste que oui, votre enfant s'est vraiment amusé en troisième étoile mais qu'il lui manque encore des acquis physiologiques, techniques pour passer au niveau supérieur en toute sécurité. Car le maître mot du passage des étoiles est là: la sécurité. Skier à son niveau, c'est la garantie du plaisir et d'une évolution au rythme de l'enfant. Cette « nouvelle» étoile valide une semaine de plaisir, car c'est cela qui compte: le plaisir de skier, le plaisir d'apprendre!

Des étoiles à la compétition

La suite des étoiles, c'est de se mesurer au chronomètre. Comme le disait Louison Bobet, figure cycliste du Tour de France «la compétition est le moteur du progrès». Après l'Etoile d'Or, on se retrouve alors en «cours compète» avec son classement national (à l'instar du tennis) le ski open, puis des compétitions nationales de tous les élèves de toutes les écoles de ski: le Ski d'or et le Coq d'Or.
Avec plus de 800 000 passages de tests chaque année, les étoiles sont devenues une référence absolue.

Le point sur les étoiles

Piou piou: première médaille donnée à l'enfant qui découvre le ski et son environnement.
Ourson: je m'arrête en chasse neige, je sais tourner sur une pente faible.
Flocon: je tourne en chasse neige et reviens skis parallèles, je traverse une pente, je suis équilibré.
1ère étoile: je tourne en virage parallèle sur pente faible, je sais déraper, je fais une traversée skis parallèles.
2ème étoile: je tourne en virage parallèle sur pente moyenne, je maîtrise le dérapage, je me déplace sur le plat en pas du patineur.
3ème étoile: je maîtrise le shuss et le freinage, je maîtrise les virages parallèles à vitesse soutenue, je maîtrise les dérapages.
Étoile de bronze: je tourne skis parallèles sans dérapage en changeant de rythme, je maîtrise en équilibre en sautant, je fais de la godille.
Étoile d'or: je maîtrise la godille sur une pente soutenue, je réalise un slalom chronométré avec un temps de base d'un ouvreur officiel.
Et pour le ski de fond? C'est exactement la même progression avec les acquis techniques du ski de fond, les étoiles sont identiques avec l'inscription «ski de fond» sous l'étoile.

Vous pouvez consulter les cours de ski en ligne de Sports-Hiver.com.

Autres infos sur www.esf.net

Photos: N.Cuche E. Beallet